Partagez/Share

C’est parti pour 20 jours d’exposition, du 9 au 29 décembre 2010

Ca y est! Depuis jeudi dernier, et pour vingt jours, l’exposition Métis’sons NosRegards, série de 15 photographies Polaroïd agrandies, réalisées par les enfants du quartier Belleville-Amandiers (Paris 20e), est accrochée aux cimaises du Forum de la Bellevilloise.

photos mnr exposition bellevilloise-0033

Elles resteront exposées jusqu’au 29 décembre 2010, et le vernissage de l’exposition aura lieu lors de la Nouba du samedi 18 décembre, en présence des enfants eux-mêmes.

Métis’sons Nos Regards, un atelier pluridisciplinaire

Les photographies exposées sont le résultat d’un travail mené par la photographe Cécile Cée, jeune diplômée des Beaux-Arts de Paris, auprès d’enfants usagers du centre social le Relais Ménilmontant.

Il s’inscrit dans le cadre du projet pluridisciplinaire « Métis’sons Nos Regards », initié par l’association Les Voix Andalouses. Il s’agit d’un atelier pluridisciplinaire (chant et photographie) dont le but est de permettre aux enfants bénéficiaires d’acquérir une maîtrise de leur voix et de leur image tout en recevant une formation artistique de qualité. L’atelier chant est assuré par Akim El Sikameya.

L’exposition photographique

Elles ont toutes été réalisées par les enfants eux-mêmes, avec un Polaroïd « mini-portrait » à quatre objectifs, qui était utilisé jusqu’il y a peu par les photographes pour réaliser les photographies d’identité.

En choisissant cet appareil pour initier les enfants à la photographie, Cécile Cée avait en tête plusieurs critères :

l’immédiateté du Polaroïd se prête bien à l’impatience des enfants, nés avec la photographie numérique et donc habitués à voir l’image aussitôt sa réalisation

– le Polaroïd reste un appareil argentique. Les enfants ont été confrontés au « raté » des images qui n’ont pas été prises avec les bons réglages, et la déception qui s’ensuit. Contrairement au numérique, avec le Polaroïd, on ne peut pas produire des centaines d’images puis jeter inconsidérément les mauvaises. Le Polaroïd est un appareil « écologique », qui incite les enfants à s’améliorer sans cesse pour voir vraiment surgir des images du film que l’on ouvre après l’avoir laissé durant 1 minute se développer l’image prise.

-enfin, en travaillant à partir des codes de la photo d’identité, les enfants sont amenés à se poser la question de la représentation d’eux-mêmes et de leurs proches amis. Chaque photographie est composée de 4 petites images, élaborées en 4 prises de vue successives, chaque objectif étant découvert séparément des 3 autres.

En jouant sur la temporalité de la prise de vue, les jeunes photographes ont  donc créé une cinquième image, portrait d’une identité multiple et diverse, qui déborde tous les codes et toutes les assignations.



Partagez/Share

One Comment